IMMOBILIER EN GRECE

>ACCEUIL » IMMOBILIER EN GRECE>

IMMOBILIER EN GRECE


Immobilier en Grèce
Immobilier en Grèce

Vous souhaitez investir en Grèce dans un bien immobilier ?

 

 

 

Contactez nous au 06 24 71 33 15 ou par email>>

L’immobilier en Grèce en quelques mots

En Grèce, la taxe unique sur la propriété immobilière est progressive (jusqu’à 400 000 €, 0 %, le taux maximum de 1 % étant appliqué sur les biens de plus de 800 001 €).

A condition de miser sur des îles plus confidentielles, il est possible d’acquérir une maison avec vue sur la mer pour un montant oscillant entre 250.000 et 300.000 euros.

Jusqu’en 2011, les biens immobiliers n’étaient pas fiscalisés. Mais il y a quatre ans, le gouvernement de Georges Papandréou, déjà sous la pression des créanciers du pays, adopte une taxe sur la propriété immobilière, autrement dit une taxe foncière. Cette dernière est directement prélevée sur les factures d’électricité des Grecs. Elle varie en fonction de la taille, de l’usage et de l’emplacement du bien. Une nouvelle taxe la remplace en 2014 afin de générer 3,2 milliards d’euros de revenus à l’Etat.

Avec le nouveau zonage fiscal instauré en 2011, certaines familles se retrouvent à devoir payer une taxe qui va de 1 euro à 16 euros le m2 en fonction de la zone géographique dans laquelle se situe le bien immobilier.

C’est aussi le seul pays de l’Union Européenne qui ne dispose pas de cadastre permettant de déterminer les propriétés foncières d’un territoire. Une histoire particulière, résultat des multiples statuts fonciers qui coexistent en Grèce depuis les empires byzantin, ottoman. A ce jour, aucun politique ne s’est engagé sur un tel chantier pour reformer cette particularité grecque.

En banlieue d’Athènes, 50 m2 pour 30 000 €

Pour réaliser de bonnes affaires, il faut oublier la mer et ses maisons blanchies à la chaux. Direction Athènes où l’effondrement des prix se concentre sur le moyen de gamme.« On trouve des appartements de 40-50 m² en quartier périphérique pour 30.000 euros ».

Et dans la capitale, le stock d’appartements ne manque pas. On parle de 200.000 à 300.000 appartements, construits dans les années 2000 et aujourd’hui vacants.

La classe moyenne grecque, impactée par les réformes, est contrainte de vendre, voire de brader les appartements. « Dans certains cas, il y a 60% de baisse », souffle l’agent. Alors c’est peut-être là que le public étranger pourra dénicher la perle rare. A deux pas du stade de Marbre, à Athènes, une retraitée française s’est offert un 50 m² pour la bagatelle de 50.000 euros.

En se dirigeant dans les quartiers huppés de la capitale, la baisse des prix amorcée en 2009 se confirme aussi. A l’instar de Kolonaki, au centre d’Athènes, avec des prix qui ont chuté de 40% en 6 ans. « Avant, on ne vendait rien en dessous de 3000 euros le m2, maintenant on est à 1200 euros le m2″. « Dans les quartiers cotés, on était à 5000 euros le mètre carré en 2009, maintenant on est plus entre 2500 et 3000 euros ».

Même les banlieues du sud d’Athènes, prisées car en bord de mer, à l’instar de Paleó Fáliro ou de la très bling-bling Glyfáda ont vu leurs prix dégringoler en quelques années : entre 1000 et 2000 euros le m², soit une baisse de 50%.

L’immobilier suspendu à un nouvel accord européen

Si les étrangers peuvent doper l’immobilier, notamment par les mesures incitatives instaurées à l’instar du Golden Visa qui permettent d’attirer les capitaux étrangers en Grèce, les Hellènes eux n’achètent plus. « Les gens sont contraints de vendre car ils n’ont plus d’argent pour vivre et pour payer les taxes« . Depuis 5 ans, les biens achetés diminuent, mais cette année 2015 est d’ores et déjà la plus noire. Et pourtant, la Banque nationale grecque note que les prix ont baissé de 40% ces cinq dernières années, assure un notaire.

Présentation du pays

Située en Europe du Sud, la Grèce ou la République hellénique qui compte actuellement environ 9,9 millions d’habitants est le foyer de l’histoire de la civilisation occidentale. Le pays est composé de plus de 9000 îles et îlots répartis dans le mer Égée, la mer Ionienne et la mer Méditerranée. La Grèce est entrée dans l’Union Européenne en 1981 et est également membres de nombreuses organisations mondiales. Le régime actuel est une république parlementaire. La capitale est la ville éternelle d’Athènes. La devise du pays est « la liberté ou la mort » et son hymne se nomme « Hymne à la liberté ». La monnaie du pays est l’euro.

Berceau des civilisations occidentales, la Grèce possède une histoire passionnante, depuis des milliers d’années. De la Grèce Antique, à l’Empire byzantin puis la domination ottomane, en passant par la Grèce hellénistique et romaine, le pays est chargé d’histoire et de sites archéologiques incroyables. Histoire ou mythologie, il est parfois difficile de savoir. Ce qui est sûr, c’est qu’au cours d’un voyage en Grèce, relire dans le détail tous ces mythes et ces moments forts de l’histoire du pays est très intéressant et enrichissant.

Destination balnéaire et culturelle, la Grèce a une offre touristique incomparable. Ses nombreux sites archéologiques font revivre l’histoire et les mythes ! Un théâtre ou amphithéâtre antique, un port romain, le Parthénon ou même un temple romain rythment les paysages méditerranéens de la Grèce. En se promenant dans les villages, les maisons blanches aux volets bleues vous dépayseront également. Le pays, à 80% montagneux dont le point culminant est le mont Olympe avec 2917 mètres d’altitude, est parsemé d’îles merveilleuses, aux eaux turquoises et roches blanches. C’est un réel plaisir de partir en vacances dans ce pays pour la diversité des activités car vous pourrez mêler culture, nature et relax ! Vivez aux rythmes méditerranéens et laissez vous séduire par les richesses culinaires du pays !

La Grèce possède 13 périphéries, 54 préfectures et 814 villes.

La Grèce est un pays d’Europe de l’Ouest d’une superficie de 131 957 km² (densité de 85,3 hab./km² environ).

Capitale de la Grèce moderne et antique, Athènes garde les traces sublimes de son passé glorieux de cité dominante de l’Antiquité. Avec près de 750 000 habitants aujourd’hui, la ville se trouve sur la plaine d’Attique au bord de la mer Méditerranée. Source de la démocratie et de la philosophie en Occident, Athènes est la ville dominée par la célèbre Acropole, inscrite depuis 1987 sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Construite autour du VIIème siècle avant J.C, l’Acropole sert tour à tour de forteresse avant de devenir un sanctuaire. Aujourd’hui, on peut y visiter le Parthénon, le théâtre de Dionysos, l’Erechthéion et le Temple d’Athéna Niké. Côté art, ne pas manquer le musée national d’archéologie et la pinacothèque nationale d’Athènes, où sont rassemblés les 15 000 plus grands chefs d’oeuvre de l’art grec. Pour les accrocs des marchés, faites un tour du côté du marché couvert de la ville (rue Athinas).

Grandes villes du pays

Athènes Capitale de la Grèce,

Athènes garde les traces incroyables de son passé glorieux de cité dominante de l’Antiquité.

Immobilier en Grèce
Immobilier en Grèce

Thessalonique ou Salonique

C’est une ville au riche patrimoine architectural, proche de nombreuses stations balnéaires.

La ville de Thessalonique (aussi appelée Salonique) fut fondée dès le IVème siècle avant J.C par Cassandre de Macédoine. Ce dernier baptisa la ville Thessalonique, en l’honneur de sa femme – demi-soeur d’Alexandre le Grand – qui portait ce même nom. Idéalement située au bord du golfe Thermaïque, la ville est une des destinations touristiques les plus populaires en Grèce et en Méditerrannée. Il faut dire que son cadre naturel est particulièrement agréable : la ville est à deux pas de nombreuses stations balnéaires au bord de la mer Egée. Sa vie culturelle et artistique est aussi très riche, au point d’en faire la capitale culturelle de la Grèce. A voir aussi en ville : les monuments paléochrétiens et byzantins dont l’église Sainte-Sophie, l’église Hagios Demetrios et l’Arc de Galère, tous inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’influence turque est aussi très forte dans la ville : les mosquées Hamza Bey et Isaak Pacha sont les témoins de la présence turque à Thessalonique pendant plusieurs siècles.

Corinthe

Comptant parmi les cités les plus importantes du pays, Corinthe est connue pour son long canal et ses fameux raisins.

Située au nord de la péninsule du Péloponnèse, entre la mer Méditerranée et la mer Egée, la ville de Corinthe est l’étape parfaite après quelques jours passés à Athènes. Corinthe et le Péloponnèse sont rattachés à la Grèce depuis le XIXème siècle grâce à un pont étroit construit au dessus du canal de Corinthe. Après de nombreuses destructions dans les années 1850, Corinthe reste l’une des Cités les plus importante de la Grèce Antique. Les sites archéologiques en ruine charment tout autant les amoureux d’histoire et de mythes. Parmi eux : les ruines de l’Agora, du temple d’Aphrodite, le site de l’Acrocorinthe, les bains publics, un arc de triomphe, le temple d’Apollon… La ville a également connue un développement important et offre toutes les commodités d’un centre ville animé. Non loin de là, quelques villages avec de jolies plages permettent de se rafraîchir. Une coupe de vin et quelques fameux raisins de Corinthe, et la boucle est bouclée !

Patras au nord de la péninsule du Péloponnèse

Patras est une ville industrielle et portuaire importante qui fut capitale européenne de la culture en 2006.

Héraklion capitale de la Crète

C’est un mélange d’architecture ancienne résultats de nombreuses invasions et de constructions récentes.

Rhodes

La cité médiévale de Rhodes est une ville magnifique située sur l’île du même nom.

Le Pirée

Originellement une île, la ville de Le Pirée est un port important d’Athènes qui permet les départs dans les principales îles grecques.

Larissa

Située entre Athènes et Thessalonique, la ville de Larissa est parsemée de fontaines.

Peristerli, sixième ville de Grèce, se trouve dans la banlieue d’Athènes.

Pátmos-ville Sur l’île de Patmos

Pátmos-ville aussi appelée Hóra invite à la promenade dans ses jolies ruelles et son centre historique riche.

Quand on parle d’un voyage en Grèce, on pense d’abord à visiter ses trésors antiques comme le mont Olympe ou l’Acropole d’Athènes. Difficile d’ignorer le riche passé du territoire grec lorsque l’on sait que les premières traces humaines remontent à l’époque paléolithique. Mais la Grèce jouit d’innombrables autres attraits touristiques, qui en font l’une des destinations préférées des Français.

Avant de partir

Avec plus de 130 000 km², la Grèce rassemble sur son territoire bon nombre de trésors. Mitoyenne de l’Albanie, la Macédoine, la Bulgarie et la Turquie, elle est bordée aussi bien par la mer Égée que la Méditerranée. D’ailleurs, le continent est associé à un archipel de plus de 9 000 îles et îlots. Un joli terrain de jeu lorsqu’on sait que seules 200 sont habitées. Les îles contrastent avec le relief montagneux – recouvrant plus de 70% du territoire – qui culmine à près de 3 000 mètres grâce au mont Olympe. A une altitude moindre se trouve les monastères des Météores, haut lieu touristique du pays. En grec moderne, leur nom signifie  » monastères suspendus au ciel « . Ces bâtiments religieux sont perchés au sommet de superbes masses rocheuses, dessinées originellement par l’érosion. La beauté de la région a permis aux sites d’être classés au patrimoine mondial de l’Unesco en 1988.

Le climat méditerranéen de la Grèce en fait un pays où l’on peut se rendre en voyage toute l’année. Les températures chaudes en été sur le littoral sont atténuées par le Meltem, vent de saison, et la douceur reste de mise en hiver dans les plaines. Les îles grecques n’ont plus de réputation à se faire tant le nombre de touristes est élevé chaque été. Si leur fréquentation touristique atteint des sommets, impossible de les confondre tant elles possèdent chacune leur caractère.

Du côté de la mer Ionienne, Corfou laisse planer le mythe de Korkyra, duquel est tiré son nom. Poséidon, amoureux de cette dernière, l’aurait amené sur cette île. De plus, elle aurait été la dernière étape d’Ulysse, sur son chemin de retour vers Ithaque.

Dans les îles du Dodécanèse, Rhodes est en tête, entre l’île de Karpathos et les côtes turques. Il s’agit d’ailleurs de la plus grande île de la région. Avec ses 1 400 km², elle pointe le doigt vers le ciel grâce au mont Attavyros qui se dresse du haut de ses petits 1 216 mètres.

On n’en aura jamais fait le tour mais le charme des îles grecques atteint son paroxysme dans les Cyclades. L’archipel se compose de 24 îles habitées dont le paysage est inexorablement le même : des petites habitations blanchies à la chaux dont les fenêtres sont surmontées de volets bleus. Ce panorama dégage indéniablement une certaine douceur de vivre où la nature méditerranéenne se mélange avec la tranquillité et l’archéologie mais aussi les belles plages ainsi que la vie nocturne. Amorgos est célèbre pour avoir accueilli le tournage du Grand Bleu. Le nord de l’île est fréquenté par les amateurs de farniente grâce à sa grande plage alors que le sud est plus préservé. Le tourisme n’a pas encore eu de conséquences négatives sur la région. La destination est connue par les amateurs de randonnées, en particulier le sentier qui longe les crêtes situés entre le monastère et le village de Potamos.

Parmi les autres îles des Cyclades, on citera les plus connues que sont Mykonos et Santorin. La première est plus familiale que la seconde, mais les deux offrent un inoubliable spectacle en fin de journée. Le coucher de soleil est un moment magique, dès lors que le soleil se confond avec l’horizon.

Santorin

Seule île des Cyclades d’origine volcanique, avec Milos (moins spectaculaire), Santorin offre sans aucun doute l’un des spectacles naturels les plus saisissants de Méditerranée. Sa géologie témoigne d’une des plus violentes éruptions de ces 10 000 dernières années, dont beaucoup pensent qu’elle serait à l’origine du mythe de l’Atlantide.

L’arrivée par bateau est inoubliable. Face à la proue du ferry se dresse une falaise en à-pic haute de 60 à 120 m. Au sommet, des villages à la blancheur aveuglante sont amarrés au rocher, au plus près du précipice. Des sentes, des marches, des petites routes étroites, un téléphérique y grimpent hardiment. Sur le versant opposé, l’île glisse en pente douce vers la mer, jusqu’à des plages de sable gris ou noir, semées de pierre ponce ou de galets.

Santorin connaît encore périodiquement des secousses, plus ou moins graves, comme le séisme de 1956. Aujourd’hui, la dernière strate géologique prend plutôt l’apparence d’une couche de béton, constituée d’un chapelet de boutiques et d’hôtels, certains incroyablement chers, avec suites nuptiales et jacuzzis privés à flanc de falaise ! Le surpeuplement menace, l’eau manque et, en été, les prix des chambres dépassent toute mesure.

Certains, ne le cachons pas, repartent déçus de Santorin ! Il est vrai que la surfréquentation estivale a de quoi gâcher les paysages… Reste, toutefois, le spectacle inaliénable de l’île volatilisée, la force brute du volcan étant encore palpable. Un des grands sites à avoir vu une fois dans sa vie.

Vivre et s’installer à Athènes

Une décision de vivre et de s’installer à Athènes est une décision à ne pas prendre à la légère. Il faut effectivement une préparation matérielle, financière et mentale en avance.

Changer d’endroit, de quartier, de région ou même de pays constitue un grand bouleversement dans la vie d’une personne. Pour pouvoir vivre à Athènes, il faut être au courant des us et coutumes du pays pour ensuite s’adhérer à ces derniers.

Il faut totalement s’adapter à la nouvelle vie et laisser la mode de vie ancienne.Il faut, entre autre, maîtriser la langue officielle du pays qui n’est autre que le grec.

Ne décidez surtout pas de changer de vie et de s’installer dans un pays avant d’avoir bien songer à tous les renseignements nécessaires sur la vie, les avantages et les difficultés probables rencontrées dans ce pays.

WEROKAMPOS

Le petit village de Xerokampos est un paradis caché, gardé secret pour l’instant. Hors saison, les plus chanceux iront à la plage et seront seuls au monde, littéralement.

Il commence à être connu pour sa proximité avec Lasithi, ville réputée pour ses plages exceptionnelles et son climat doux toute l’année. Mais pour moi Xerokampos n’est pas en reste, ses plages sont vraiment spectaculaires, la météo clémente, et en plus, c’est un lieu coupé du monde.

La route sinueuse (vraiment) pour arriver à la plage est incroyable. Les eaux sont d’un bleu transparent et profond. Dans quelques petites criques, il est dit qu’on peut se mettre de l’argile pour soigner sa peau. Je ne les ai pas trouvées, mais j’ai rencontré plusieurs personnes qui m’en ont parlé.

Près de la plage principale, on trouvera des petites tavernes dans lesquelles la nourriture est exquise, à essayer !

LA CUISINE GRECQUE

La cuisine grecque (grec moderne : ελληνική κουζίνα) est une cuisine de type régime méditerranée. Elle présente des caractéristiques communes aux cuisines italienne,balkaniqueturquelevantine et chypriote. La diète méditerranéenne, dont elle fait partie, est reconnue par l’Unesco depuis 2010 comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

La cuisine contemporaine grecque utilise beaucoup l’huile d’olive, les plantes aromatiques et les légumes, les graines, le pain, le vin, le poisson, les produits de la mer (poulpes, calamars) et des viandes très variées, comprenant la volaille, l’agneau, le mouton, le lapin et le porc. Les olives, le fromage, les aubergines, courgettes et le yaourt sont une part très importante de cette cuisine. Les desserts grecs ont une dominante caractéristique de noix et de miel. Certains plats utilisent la pâte filo.

Les mezés (μεζές) nomment collectivement une variété de petits plats, typiques, servis avec du vin, de l’ouzo (un alcool anisé) ou du tsípouro (un alcool de marc). Les orektiká(hors-d’œuvre) et les entrées sont souvent accompagnées de pain plat ou píta. Dans certaines régions, le pain sec est attendri avec de l’eau et du lait

A l’heure du repas, ne passez pas à côté des entrées ! Elles sont servies sous forme de mezzés. Demandez d’ailleurs à ce que le chef vous prépare une assiette composée afin de tout goûter. Le débat est ouvert entre les adeptes du tarama (qui n’a rien à voir avec celui servi en France), les fans detzatziki (avec une bonne dose d’ail) ou encore les partisans de l’houmous (léger et velouté). On se penche également sur la fameuse salade grecque, composé principalement de tomate, de salade, de concombres, d’oignons rouges, de fromage (féta) et olives de Kalamata aromatisés à l’huile d’olive. On n’oubliera pas de déguster ces plats avec du pain aromatisé à l’ail. Ne prévoyez en revanche pas de rapprochement après le repas…

Côté minceur (ou presque !), la cuisine grecque est souvent présentée comme extrêmement diététique et saine. En effet, la cuisine locale utilise très peu de beurre, de lait et de graisse. Les Grecs cuisinent essentiellement à l’huile d’olive (comme toutes les cuisines méditerranéennes) considérée comme la plus saine par les nutritionnistes.